📷 : Caroline Ruffault

SBRBS à prononcer “SUBURBS”. C’est 5 lettres, 3 Artistes originaires de Rennes (Marie Herbault au chant et à la basse, Hadrien Benazet à la guitare et au  chant,  Florian Pardigon à la Batterie ), et du Rock. Il n’en faut pas plus (ou pas moins) pour former un des groupes les plus prometteurs de la nouvelle scène.

Après plusieurs concerts remarqués, dont un qui avait enflammé la scène de Art Rock (édition 2019), le groupe a présenté son premier EP en Octobre dernier. By Lust and Gold, nom ô combien malicieusement choisi, renferme cinq titres tous plus entrainants les uns que les autres. D’autant plus que (fait assez rare pour être souligné), ces derniers sont interprétés à la fois par une voix masculine et une seconde féminine.

📷 : Valy Dorie

L’œuvre s’ouvre avec “I Know you lie” ; d’où s’échappe un rock incandescent mêlé à la sensualité de la voix de Marie mêlée à celle de Hadrien. Le rythme saccadé et répétitif fait tout de suite monter la température et nous immerge dans l’univers du trio.

“Life, Shape, Now” accentue les accents nostalgique du premier titre de l’EP. Ce titre a pour sujet la violence et l’ennui mais aussi et surtout celui de la découverte, de soi et de l’autre.

“Pretty Steady Place” apaise cette révolte. C’est d’ailleurs celui dans lequel l’influence de « Queens Of Stone Age » se fait le plus ressentir ; et où la Pop retrouve ses lettres de noblesse. Le morceau est travaillé, structuré, le tempo varié.  Nous sommes certains que la mélodie entêtante vous donnera envie d’arpenter votre appartement en vous déhanchant en rythme.

Mais c’est probablement “Ivy” qui vous fera retenir votre souffle durant deux minutes trente-quatre. Voluptueux, le titre nous offre une touche résolument moderne.

L’EP se referme avec “Holding everything that went wrong“, qui nous confère une certaine impression de plénitude que ne vient pas compromettre les percutants riffs de guitare. Une voix, suave, semble s’adresser à nous avec un ton confidentiel, comme si elle provenait d’une dimension parallèle.

Que ceux qui pensent que le Rock de Rennes n’est plus se procurent ce chef d’œuvre de toute urgence ! 


Margaux Mouy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *