En plein choix de roman, je me rapproche de lui. Discret et dans son coin, il ne fait pas de vagues. Je le prends. « Tu as promis que tu vivrais pour moi ». Je le retourne. « Quand on a trente ans, on n’est jamais prête à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie, est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient. Alors Molly accepte. Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l’homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil. Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l’intention de se contenter de paroles en l’air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait… ». Une fois rentrée, je démarre ma lecture sans plus tarder. Une fois le livre terminé, un sourire se dessine sur mon visage ; wow. Accrochant, émouvant, drôle. Tout y est. J’avais peur que l’histoire prenne une tournure assez triste et sombre, mais pas du tout ! Évidemment, des passages sont assez maussades, mais la dynamique du livre rattrape aussitôt la tristesse éveillée. Ces pages m’ont donnée envie de connaître cette Marie dont Mollie était si proche. Carène Ponte sait à merveille nous emmener dans le quotidien instable de la jeune femme. Elle nous emmène avec elle à chaque pas. Ce livre m’a vraiment plu, et je le conseille à quiconque. Maintenant, il ne me reste plus qu’à éplucher les autres romans de Carène Ponte, puis me replonger dans une histoire encore plus envoûtante.

Inès THERON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *