Bonjour Cœur, avec un nom d’artiste pareil, on pourrait penser que vous êtes de ses artistes qui monte sur scène pour parler de sujets légers, mais vous êtes bien moins filtrée qu’on ne le pense. Artiste crue, engagée, libre… qu’est-ce que vous a inspiré pour ce nom de scène ?

Au contraire pour moi le mot « Cœur » est très profond, pas du tout léger. C’est la connexion directe aux émotions. Sans passer par le mental ou la technique. C’est la mission de la musique et de la poésie. Et c’est pour ça que c’est si magique, parce que ça ne passe pas par les canaux habituels de réception.

Votre univers artistique est assez intéressant et assez curieux car vous vous êtes comme arrêtée dans une ancienne époque, un peu à la PZK, mais avec une grande touche de nouvelle génération avec un surdosage d’émojis dans vos manières de communiquer. Que voulez-vous exprimer à travers cet univers artistique ?

Je ne connais pas « PZK ». Je ne cherche pas à exprimer quelque chose que je puisse maitriser justement. Je m’exprime dans mes chansons, dans mes textes, dans ma musique. C’est pas mon taff d’analyser mon art, c’est le tien (smiley !!!!!).

Le 25 septembre, vous avez publié le clip de votre nouveau single Bébédamour, un single au tempo frais, relax, dansant, entrainant, qu’avez-vous voulu aboyer, crier à travers ce nouveau titre ? 

Haha tu trouves ce son relax ? C’est une façon de voir les choses ….Ce morceau est né au milieu de la nuit, d’un freestyle très enfumé. C’est un morceau d’enjaillement, de sexe et de plaisir. Je n’ai pas grand-chose à ajouter de + que ce qu’il raconte en lui-même.

Votre clip représente très bien votre univers visuel, quels sont les artistes où les films qui vous inspire ?

Cette question est toujours délicate car j’ai de multiples influences et encore une fois je ne maitrise pas forcément celles qui ressurgissent dans mon travail. J’écoute de la trap toute la journée, beaucoup de blues aussi, j’ai une playlist sur Spotify qui s’appelle « MINOUCHE MAFIA MUSIC » c’est là que vous pourrez constater l’étendue des dégâts….

Là aujourd’hui je répondrai que les enfants et mes amies drag queens (« Messalina Mescalina », « Olek Do » et le collectif lyonnais « Dragones ») sont de grandes sources d’inspiration. Ainsi que ma « Minouche Mafia »…c’est à dire mes proches et ma famille.

Demain ou dans 10 jours j’aurai certainement une réponse différente à cette question.

Vous êtes la nouvelle recrue du label Mutant Ninja, vous fermez la gueule à l’alcool et la drogue dans votre titre Chrysanthème, comment arrivez-vous à avoir une telle liberté ? et à prôner une telle folie, presque contagieuse ?

Ahhhahhh ! Parce que j’ai 30 ans de rock’n’roll au cul !

Non en vérité j’ai de gros moments de médiocrité et de faiblesse mais je tends vers la lumière et la joie c’est vrai, c’est pas le truc le plus simple du monde d’ailleurs.

Je pense que toute l’esthétique morbide et trash est super sexy quand on n’y est pas confronté dans la vie réelle. Quand par exemple on a les tatouages du bagnard sans percevoir un millième de ce que ça peut représenter de douleurs et de tragédie. Mais en vrai c’est de la merde.

J’ai de la chance de ne pas avoir été contrainte d’être une bandit, donc autant être une minouche.

Mais bon j’ai eu besoin de ma période « faussement thug » pour le comprendre.

Au-delà de Cœur, vous êtes la moitié du duo Schlaaass, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer en solo ?

L’envie de parler avec mon cœur. L’envie de parler d’amour. L’envie de faire des chansons douces. Et surement parce que j’ai un peu plus de courage pour moins me planquer derrière les artifices de la fureur. Qui cela dit m’a été très salvatrice à une période. J’ai des sistas aussi qui me poussent à ça depuis un paquet de temps…

Aujourd’hui vous êtes une artiste qui s’émancipe et qui affronte la scène, seule. Comment vous sentez-vous aux abords de ce nouveau chapitre de votre expérience musicale ?

J’ai peur et je suis excitée, l’un ne va pas sans l’autre…

Je me rends compte que tout ce que je produis artistiquement dérange, dans le bon et le mauvais terme, toujours, quoique je fasse.

Avec « Cœur » je pensais me ramener avec un truc moins clivant que Schlaasss et en fait je crois que c’est pire. Assumer mon côté bitch et fragile à la fois et me ramener avec des danseuses drags sur scène en fait on me renvoit toujours la même chose : « Mais ça se fait pas !», « Mais qu’est-ce qu’elle fait ? », « C’est dans quelle catégorie ? »,« Moi j’aime mieux quand elle rappe », « Moi j’aime mieux quand elle chante », « GNAGNAGNAAAAA !!! » …Avec toutes les réactions d’amour ou de haine qui en découlent…Force est de constater que le consensus c’est pas trop mon domaine.

Des fois je me demande pourquoi je continue ce combat, et comment je vais trouver la force d’avoir « 300 ans d’avance » encore une fois sur ce nouveau projet (LOL).

Mais je crois que c’est mon Karma :  « ma mission ». Depuis que je suis petite c’est comme ça. J’ai écrit une chanson là-dessus qui s’appelle « Kawaii Karma ». Je crois que je n’ai pas vraiment le choix en vérité.

Bébédamour vient de sortir, que va t-il se passer dans votre agenda dans les prochaines semaines ?

On va sortir une nouvelle track surprise très vite!

Je vais être en concert à Angers au Chabada le 25 octobre.

A Paris avec mes danseuses au Cirque Électrique le 9 novembre !

Et à Lyon le 20 novembre au Ninkasi !

« On va construire un empire magique », le meilleur est à venir.


Stanley TORVIC

Donnons aussi, le pouvoir médiatique aux Jeunesses qui n'attendent que ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *