Depuis plus d’un mois, la rédaction de YOUR MAGAZINE prend plaisir à vous faire découvrir la Sélection 2020 des iNOUÏS du Printemps Bourges. Aujourd’hui nous avons décidé de vous faire découvrir une artiste qui ne nous laisse plus indifférents, en cinq lettres : S-A-L-L-Y.

YOUR MAGAZINE : Sally, cela fait déjà pas mal de temps que nous suivons votre chemin, de près, de loin. Nous avons toujours un œil rivé sur vous. Depuis que l’on vous a découvert lors de la dernière édition du MaMA Festival, notre rédaction vous suit quotidiennement, que ce soit à travers votre story Instagram ou à travers votre thread Twitter. Sally, grande Sally, c’est vraiment un plaisir du coup pour nous de vous avoir aujourd’hui au téléphone pour parler de votre sortie musicale et de votre sélection aux INOUÏS.

SALLY : Eh bien plaisir partagé !

YM : Depuis un an vous cartonnez, après plusieurs dates dont une très belle au MaMA Festival, après des passages radios etc… aujourd’hui vous avez la chance de faire des campagnes de publicité pour Adidas par exemple, vous venez de sortir votre nouveau single « QUAND JE VEUX JE PEUX », c’est ça faire de la musique, quand on veut on peut ?

S : Je pense que c’est un slogan qui marche pour tout, même en dehors de la musique, pour tout type de métier, pour tout type de situation, pour tout enfaite. Quand on veut on peut, c’est une mentalité.

YM : Comment s’est créé ce single, qu’est-ce que vous vouliez raconter à travers ce morceau ?

S : Il s’est créé en studio quand j’étais avec Skuna et AdamTheFirst, les deux producteurs de ce morceau. C’est une chanson qui était très joyeuse de par son tempo. Moi de base je n’écris pas en studio, j’écris chez moi. J’ose pas écrire et me livrer quand il y a des personnes à côté et ce qui est cool c’est que j’ai réussi à faire un titre joyeux !

YM : En effet, c’est le seul titre joyeux qui sera dans [l’EP, l’album] qui va arriver ?

S : Oui oui, un des seuls oui.

YM : Pourquoi ce choix ?

S : C’est parce que je ne sais pas écrire des trucs joyeux.

YM : Qu’est-ce que vous souhaitez partager à travers vos musiques, en général ?

S : Je veux que lorsqu’on m’écoute, on ne se sente plus seul.

YM : Vous vous sentez seule ?

S : Oui bien sûr, sinon je pense que je ne serai pas artiste ahah.

YM : La musique comble un manque chez vous ?

S : Complètement, le fait de la partager, de recevoir de l’amour, d’en donner, ça comble.

A lire aussi >>> Rita SA REGO, Directrice du Réseau Printemps nous présente les iNOUÏS 2020

YM : Vous êtes sélectionnée aux INOUÏS cette année, qu’est-ce que ça représente pour vous ?

S : Beaucoup de choses, ça veut dire que le projet plaît. On travaille beaucoup avec toute mon équipe pour livrer avec les moyens qu’on a un show le plus quali que possible. Et là, pouvoir être sélectionnée comme ça, c’est cool. Ca va nous permettre d’en apprendre encore et encore.

YM : En sortant votre premier single « Vrille » en avril 2019, que vous aviez dévoilé lors de votre Planète Rap au côté de Lord Esperanza, vous avez marqué le lancement de votre carrière. Comment avez-vous par ailleurs rencontré Lord ?

S : C’est arrivé sur Instagram.

YM : Sur Instagram ?

S : Oui oui, avec les réseaux la frontière elle est morte pour tout. On s’échangeait des mots sur Instagram et puis au final il m’a motivé à écrire des chansons et j’ai finis dans son label.

YM : Et la musique, c’est quelque chose que vous vouliez faire depuis toujours ou c’est arrivé par hasard à travers Lord ?

S : C’est arrivé avec la rencontre avec Lord parce que je me sentais pas destinée à faire ça. Je viens d’une petite campagne, et dans ma petite campagne c’est compliqué d’essayer du moins de faire carrière dans la musique puisque généralement il faut monter dans les grandes villes et il n’y en avait pas trop à côté de chez moi. Donc hum, j’y croyais pas, pour moi c’était juste une passion et ça s’arrêtait là.

YM : Qu’est-ce que faisait Sally avant de vivre de la musique, si vous en vivez aujourd’hui ?

S : Je faisais un bac pro pour travailler dans l’art de la table. Effectivement c’est quelque chose de totalement différent ! Complètement !

YM : Vous avez fait un COLORS pour votre deuxième titre « JFLA », comment a été cette expérience ?

S : Bah c’est fou parce que déjà j’étais fan de la chaîne depuis 4 ans. Et il y a 2 ans je m’étais dis « ok bah dans 2/3 ans je me dois d’en faire un ». Pour moi c’était lointain encore, je me devais de prouver que je pouvais travailler pour qu’ils entendent au minimum ma musique. Et au final avant même que je fasse le clip du premier single qui est sorti avant « JFLA », je me suis retrouvée à Berlin à enregistrer le COLORS sans rien derrière, sans clip. C’était assez fou.

YM : Parlons de clip justement. Presque dans tous vos clips mais aussi dans vos photos et vos images, on vous retrouve avec beaucoup de bijoux. Qu’est-ce que cela représente pour vous le port du bijou ?

S : C’est beau, déjà visuellement je trouve qu’avoir des bijoux ça habille tout de suite. Ce sont de superbes accessoires et mon styliste est aussi très friand de bijoux.

YM : Qu’est-ce que vous vouliez raconter à travers le dernier clip que vous avez fait ?

S : Je voulais qu’on parle un peu de la diversité, et puis voilà.

YM : C’est quelque chose qui manque pour vous ?

S : Pas forcément mais c’était important pour nous de le prôner.

YM : A travers ce clip très artistique et très beau.

S : Ahah oui c’est vrai qu’il est beau ce clip, très bon réal.

Voir cette publication sur Instagram

G I R L S ❤️ « QUAND JE VEUX JE PEUX » 8 Juillet.

Une publication partagée par Sally 𓁿 (@sweetchilisally) le

YM : Sally c’est de la chanson, c’est de la musique, c’est de la scène, qu’est-ce que Sally est aussi ?

S : C’est une femme, de couleur, avec un passé et puis des proches et puis de l’amour. C’est le minimum en vrai, avec ses humeurs et tout ce qui va avec.

YM : En quelques mois, en 1 an seulement, vous incarnez maintenant une bonne grande partie de la chanson française, cette nouvelle génération, qu’est-ce cela signifie pour vous d’être dans ce mouvement-là ?

S : Ca me fait plaisir, ça me fait vachement plaisir. On se donne tous et toutes de la force donc ça me fait très plaisir d’être dedans.

YM : Vous allez performer bientôt aux INOUÏS. Qu’avez-vous prévu pour cette représentation ?

S : Ce sera un concert comme on aime les faire avec mon équipe. Gardons un peu de mystère

YM : Et bien merci à vous en tout cas !

S : Merci à vous !

interview réalisée par Margaux THERON DESNOS | propos recueillis par Stanley TORVIC


Stanley TORVIC

Donnons aussi, le pouvoir médiatique aux Jeunesses qui n'attendent que ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *