Markus

credit photo : Hadrien Genest

Reminiscences Part I & II fait écho aux souvenirs, ceux qui sont flous, imprécis, l’éveil fortuit de traces anciennes dont l’esprit n’a pas la conscience nette et distincte mais qui nous nourrissent quotidiennement. Reminiscences est le nom du premier album de Markus ( Marc Ruchmann) . A quelques mois de la sortie de ce projet, nous sommes partis à la rencontre de cet artiste musicien pour faire plus ample connaissance avec lui, et découvrir son album à venir.

Votre album devait sortir le 27 mars chez Antipodes Music, malheureusement cela n’a pas été possible. Comment vous sentez-vous suite à son report ?

C’est évidemment ennuyeux d’avoir dû reporter la sortie de l’album initialement prévue pour le 27 mars mais je ne suis pas le seul dans ce cas là, il faut faire avec les évènements. Nous avons également dû reporter la date au Café de la Danse du 31 mars, nous n’avons pour le moment pas encore de visibilité sur la date de report. Mais on dit que l’attente a du bon, non ?

Vous abordez Reminiscences en deux parties, pourquoi ce choix ?

J’ai rencontré mon label il y a 2 ans à peu près, j’avais déjà travaillé sur une partie de cet album. L’idée d’un nouvel axe de développement que nous avons eu ensemble m’a amené à produire de nouveaux morceaux. Le dynamisme a été différent entre ces deux périodes. J’ai gardé les mêmes instruments pour avoir une unité au sein de l’album, mais les collaborations avec les chanteurs, chanteuses ont été abordées différemment. Il y a donc 2 mouvements que vous retrouverez sur les 2 faces du vinyle.

Quelle raison vous a poussé à dévoiler « Future Memories » comme premier titre de ce projet ?

“Futur Memories” est assez représentatif du projet. C’est l’essence même de la réminiscence. “Futur Memories”, ce sont les souvenirs futurs que l’on se forge à partir du présent. Le rappeur Nya est un poète qui a su retranscrire ce sentiment de façon émérite.

On a par ailleurs remarqué ce mélange de langues entre vos musiques. Pour quelles raisons ?

J’ai toujours été attiré par la musique du monde. J’ai également pas mal voyagé et fait beaucoup de rencontres. Je trouve la musicalité des langues très intéressante. A travers ce mélange, il n’y a plus, ni barrières, ni frontières.

Comment vous viennent toutes ces voix posées sur votre musique ?

C’est selon l’inspiration du morceau que je compose et mes rencontres artistiques.

Vous rapprochez votre musique à un tableau abstrait de Rothko. Pourquoi cette comparaison ?

C’est un peintre abstrait qui pose des aplats de couleurs. A New York j’ai pu voir ses tableaux qui reflètent, bien évidemment sa vision mais aussi notre propre parcours lorsqu’on est face à ses toiles. Il n’influence que par ses formes et ses couleurs mais laisse une grande liberté à l’interprétation de son œuvre. J’aime cette façon de laisser place aux ressentis, un espace dans lequel chacun se projette. C’est ce que je tente d’amener avec ma musique.

Vous utilisez les termes « Sampler, Sculpter et Réinventer » pour définir votre projet. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Effectivement c’est propre à ma création. Je ne joue pas réellement d’instrument et je viens du hip hop. Le sample fait parti de ma culture musicale et par ailleurs, a influencé la manière de composer ces 30 dernières années. J’enregistre depuis des années avec de grands musiciens et je me sers de ces enregistrements, entre autre, pour les réutiliser autrement. Je les passe dans mes machines et leur offre une seconde vie.

Markus
credit photo : Hadrien Genest

On vous connaissait surtout sous le nom de Marc Ruchmann aujourd’hui vous vous dévoilez sous le nom de Markus en tant que musicien. Pourquoi avoir fait ce changement de nom ?

Mes amis m’appellent Markus depuis des années. Dans la musique je suis connu sous le nom de Markus aussi. J’ai collaboré sur beaucoup de projets musicaux. Avec Spleen, sur la tournée de Winston McAnuff & Fixi pendant 2 ans partout dans le monde et j’ai composé des musiques de films. Tout ça sous ce pseudo Markus donc pour moi c’était évident de signer cet album par ce nom. C’est un album personnel, intime et c’est vraiment moi, pas un personnage imaginé par un auteur /réalisateur.

C’est en quelque sorte pour différencier vos deux carrières ?

Je ne cherche plus à les différencier. Quand j’ai débuté, ça n’était pas bien vu de multiplier les casquettes, aujourd’hui ça n’a plus lieu d’être. En revanche mon pseudo représente cette part de moi que je souhaite dévoiler un peu plus.

Et vous auriez une préférence ?

Markus ! La musique est une passion qui m’anime depuis ma jeunesse.

Vous aimeriez rajouter quelque chose ?

J’ai hâte de retrouver la scène, défendre ce projet en live. C’est ça que j’aime, l’imprévu, les rencontres, les concerts. Chacun de mes concerts sont différents, j’essaie de garder les morceaux vivants et de les réinventer. Sinon il y a le single “Nuage” qui va sortir prochainement sur toutes les plateformes. Le clip que j’ai réalisé accompagnera sa sortie. >> Instagram, Facebook, …

Eh bien merci beaucoup Markus, et nous espérons pouvoir très vite découvrir ce premier album !


Margaux Mouy

Rédactrice en chef des rubriques MUSIQUE, SOCIETE et LECTURE chez YOUR MAGAZINE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *