Défilé Kipré

Il y a quelques semaines, la rédaction est partie à la rencontre d’une marque unique dans sa manière d’être. Pas de musiciens, ni de photographes, la rédaction avait rendez-vous avec KIPRÉ.

KIPRÉ, ce sont des fils, des hommes, la Banlieue et la Haute Couture. Un mélange fou, audacieux, mais qui est sans nul doute réussi. A la rencontre des genres et des passions, KIPRÉ mélange les mondes et les classes au service de tous. Loin d’une haute couture snob, les maîtres de cette mode nous embarque à leurs côtés dans une lutte. Celle d’amener la Haute Couture dans les quartiers populaires du “Grand-Paris”.

Après la weed ; des crayons et des tissus prennent place dans les bâtiments

Cela pourrait vous surprendre, mais c’est bien ce que deux frères, Ted et Roby Kipré, ont réussi à faire, dans leur quartier de Villejuif.

Ted et Roby Kipré dans leur cage d’escalier

Le vêtement et la mode ne sont plus seulement les affaires des femmes, mais aussi celles de beaucoup de jeunes hommes. Eux aussi, aspirent à être bien fringués. Tous deux amoureux de la Haute Couture, ils se sont lancés le défi d’être le “Premier Bâtiment de couture du Grand-Paris” – à en croire leur compte Instagram -.

A travers cette marque, les deux stylistes cassent des codes, des clichés encore trop associés à la population des quartiers populaires. Enfants des hauts bâtiments, leurs inspirations sont venues en regardant leurs voisins et les autres gars de leur banlieue. Seuls dominent dans leurs quartiers, les joggings, survêts et sneakers des marques de sport que nous connaissons tous. Ensemble, ils ont voulu créer une alternative. Un matin, alors que le guetteur avait sans doute oublié de se réveiller, Ted et Roby se sont mis à dessiner des croquis dans leur cage d’escalier. En quelques heures leur dessins dominaient sur les murs, le sol, le plafond jusqu’à dans l’ascenseur. Sans le savoir vraiment, la mode avait pris la place de la weed.

Leurs croquis sont un mélange de traits inspirés d’Olivier Rousteing, Yves Saint Laurent et de Streetwear. A la suite de rencontres, KIPRÉ créé sa chance et s’installe sur les trottoirs de la Paris Fashion Week. C’est sous leur manteau “BESTFRIEND” que les deux encore inconnus vont se faire admirer par les plus grands.

Une action de communication et marketing à la pointe du génie. KIPRÉ, c’est de l’audace, et c’est ça qu’on aime. Après une excursion au Louvre et à la télévision autrichienne, l’équipe de cette folle ambassade a organisé le tout premier défilé Haute Couture au cœur même d’un des quartiers de Villejuif.

Un défilé chromatique.

Il y a maintenant treize jours, Kipré nous faisait découvrir sa collection automne-hiver 2021. Tout premier défilé Haute Couture pour les deux frères fondateurs ! Un défilé qui se déroulait en extérieur Place de la paix à Villejuif, au pied des immeubles de cette ville du Val-de-Seine. Malgré la pluie, l’équipe de Kipré avait décidé de maintenir cet événement tant attendu par tous.

30 minutes de show où leurs créations sont arrivées avec un flow tout particulier. A travers cette collection, Roby et Ted habillent les 24 heures d’une journée. C’est sous le règne du noir que tout commence avant de laisser le blanc puis le gris s’imposer, ainsi dévoilant le brouillard et la brume matinale. Des tons clairs qui redonnent un coup d’éclat aux tenues. Arrive alors le bleu nuit avant le lever du jour avec une doudoune d’un bleu beaucoup plus vif. Cet itinéraire se clôt par un coucher de soleil représenté par des tenues d’un rouge écarlate pour laisser place à un rouge plus sombre et plus noir.

Kipré Défilé
© Margaux THERON DESNOS

Sur certaines pièces se tissent un “K” ou bien une inscription “Kipré Couture” rappelant le nom de la marque. Tout reste cependant dans la discrétion. Au delà des 24 heures, c’est un jeu sous la symétrie/asymétrie que dévoile ce défilé grâce à la longueur des pièces ou encore les formes dans le tissu. Une volonté des créateurs de faire cohabiter les codes de la Haute Couture et ceux des banlieues du “Grand Paris”. Certaines pièces réfèrent au tweed de Chanel où s’y ajoute des poches instaurant une balance parfaite entre ces deux milieux.

Défilé Kipré
© Margaux THERON DESNOS

Kipré hors des murs

Après les quartiers populaires, la marque se donne de nouveaux défis, de quoi nous surprendre d’avantage. C’est sur les rails de sombres tunnels que cette folle équipe embarquera demain pour ébranler la Haute Couture parisienne.

Un article corédigé par Stanley TORVIC et Margaux MOUY


Margaux Mouy

Une pensée sur “Kipré nous amène sur les bancs de la Haute Couture.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *