Janie

📷 Lucie Gibierge

S’il y a un nom à retenir pour l’année 2020 (et toutes celles qui suivront), c’est le sien ! Janie jeune artiste française a déjà tout des Grands de la chanson : une voix cristalline, où s’entremêlent pudeur et sensibilité, en plus d’une présence sur scène qu’il est de rigueur de souligner. De son album qui sortira à la fin de l’été, nous connaissons deux titres : « Discothèque » et « La Bibiz ». Après l’avoir écoutée (en boucle), nous l’avons contactée afin de lui poser quelques questions.

Bonjour Janie ! Est-ce que tu pourrais te présenter aux lecteurs de YOUR MAGAZINE ?

Bien sûr ! Je m’appelle Janie, j’ai 25 ans. Je vis à Paris et fais de la musique depuis de nombreuses années !

Comment décrirais-tu ton univers musical ?

Je dirais que c’est celui de la chanson française.

Tu es auteure, compositrice et interprète. Est-ce que parmi ces trois processus de création, il y en a un dans lequel tu te sens le plus à l’aise ?

Non pas vraiment, pour moi ce sont des choses qui sont vraiment liées. Je chante ce que je compose donc les trois sont indissociables, c’est ce que j’aime faire.

Pourquoi avoir choisi la langue française pour interpréter tes chansons, plutôt que l’anglais par exemple (très présent dans les compositions actuelles) ?

Parce que c’est la langue qui m’inspire, et celle que je maîtrise le mieux du moins pour partager mes émotions avec le public.

Ta musique semble très influencée par les années 70. En quoi cette période constitue-t-elle une source d’inspiration ?

Oui les années 70, même les années 80 !  J’ai baigné dedans depuis que je suis petite, mes parents écoutaient beaucoup d’artistes de ces époques. Ça a beaucoup joué sur mon univers musical. D’ailleurs je pense que je me suis orientée naturellement vers cette période pour m’inspirer durant mes compositions.

Qu’est ce qui t’inspire d’autre ?

Ce sont les expériences que j’ai dans la vie quotidienne, des événements qui surviennent et qui font surgir des émotions que j’exprime dans ma musique. Peut-être que plus tard, mes inspirations changeront mais pour le moment, c’est de cette façon que je procède.

On t’a découverte avec les karaokés que tu postais sur les réseaux. Est-ce que les titres que tu choisissais de reprendre étaient aussi pour toi une façon de te dévoiler au public ?

J’ai repris des chansons qui m’ont touchée, écrites par des Artistes que j’apprécie. J’aime aussi beaucoup reprendre les chansons de d’autres personnes.

On a beaucoup aimé « Discothèque » ! Est-ce que tu pourrais nous dire quelque chose à propos de ce titre ?

En fait c’est un des rares morceaux que j’ai composé qui ne parle pas d’un fait que j’ai vécu. J’ai plutôt eu envie de recréer l’ambiance amoureuse qu’on retrouve dans les clubs, cette étreinte nostalgique entre les amants qui y dansent.

Dans « La Bibiz », tu sembles plus critique. C’est non sans ironie, que tu mets l’accent sur certaine pratique du show-business. Justement, est ce que ce n’est pas trop difficile d’arriver à prendre du recul par rapport à toute cette pression ?

J’ai voulu mettre en avant le fait que, dans certaines soirées par exemple les choses manquaient de naturel. Je pense qu’il faut apprendre à trouver sa place, c’est valable pour toutes les occasions et je pense que beaucoup peuvent se reconnaître dans les paroles sans pour autant faire partie de cet univers.

Nous venons de vivre une période un peu particulière … Est-ce que pour toi, elle a été un moment propice à la création ?

J’ai un avis partagé. Je dirais oui, parce qu’on prend plus le temps de faire les choses, on a l’impression de se retrouver dans un séminaire de composition. Ces deux mois m’ont peut-être appris à être plus indulgente envers moi-même car le rapport à la productivité était compliqué. D’un autre côté, comme je te l’ai dit l’émotion a pour moi un rôle essentiel ; et il s’est vite installé un sentiment de monotonie qui n’a pas été très inspirant.

Ton album va sortir en septembre prochain, quels sont tes futurs projets, est ce qu’il y a des collaborations de prévues ?

Haha ! Il y aura quelques surprises durant l’été, mais pas encore de collaborations de prévues…

Quelque chose à rajouter ?

Non, je pense qu’on a (à peu près) tout dit ! (Rires)

Un mot pour qualifier Janie ?

 Question difficile ! Je dirais sensibilité.


YOUR MAGAZINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *