Maximilien alias Macci, casquette blanche, col roulé noir sur un balcon parisien. Main sur la casquette.

Ambiancé plus jeune déjà par la vibe de pas mal de genres musicaux, puis la réalisation de plusieurs freestyles ; Macci sort cette semaine son premier “vrai son” : Solitaire.

📸 Margaux THERON DESNOS

Là, on n’a pas à faire à du rap violent, du rap qui parle de cul inutilement, on se laisse guider dans un univers assez sombre et pourtant réconfortant. Macci pose ses textes de manière astucieuses. Ce premier titre n’est pas précoce, il semble arriver à un moment où ce parolier a acquis une maturité largement suffisante pour nous exprimer artistiquement une partie interne de lui. Fan de rap, ou pas, Macci touche une sensibilité particulière en nous. L’artiste en devenir n’a pas fini de nous surprendre, j’en suis sûr. Il n’est qu’aux préliminaires de ce qu’il a à nous faire découvrir.


Pour aller plus profondément dans le texte, nous avons posé quelques questions à Macci :

YOUR MAGAZINE : Tu as sorti ton premier titre “Solitaire”, qu’est ce que tu évoques dans cette chanson ?

Macci : Je parle de relation, de mon vécu à ce niveau. C’est vrai que j’ai du mal à être stable dans ces trucs-là. Le premier couplet évoque le moment de découverte avec l’autre, quand ça se passe bien. Le refrain puis le deuxième couplet, c’est quand tu comprends qu’en fait c’est pas si simple. Tu repenses à tes relations passées, ou à une autre meuf que t’as rencontré. On peut le dire, je passe pour un connard dans le son ahaha ! C’est un aspect négatif mais réel donc je trouve ça cool d’en parler.

YOUR MAGAZINE : On peut retrouver plusieurs freestyle sur tes réseaux qui datent maintenant un peu. Pourquoi avoir voulu sortir ton propre son maintenant?

Macci : Ouais exactement ! Bah écoute les freestyles c’est assez simple à faire, poster etc.. Alors que faire un son ça coûte cher, si tu veux clipper ça prend du temps et en faire la promo encore plus ! Après j’ai quand même sorti plusieurs sons sur YouTube, mais là, c’est le premier sur les plateformes donc ça fait vraiment plaisir, c’est un autre niveau. Je préfère prendre mon temps pour faire des sons qualis.

YOUR MAGAZINE : Ta musique est belle, profonde quelque part, comment la musique, le rap s’est imposé dans ta vie ?

Macci : Bah merci déjà ça fait plaisir ! En vrai, la musique a toujours fait partie de ma vie. Ca fait peut-être 7 ans que je rap maintenant, depuis la Sexion, Diam’s, L’Entourage. C’est eux qui m’ont mis là-dedans. Avant ça, mes parents surtout mon père écoutait pas mal de sons, mais beaucoup de variété, pas forcément française, mais des sons de tous horizons.

Et du coup tout ça m’a permis d’apprécier plein de styles musicaux différents et de m’en imprégner. C’est aussi pour ça que je teste plein de genres de sons, sur plein d’instrus de différents styles. Je m’interdis rien, et ça, vous le verrez sur la suite ahahaha !

YOUR MAGAZINE : La compo, c’est aussi de toi ?

Macci : Nan, la compo est, comme souvent, trouvée sur YouTube. Je te cache pas que je kifferais bien avoir un poto chaud en prod ou une connaissance avec qui le feeling est bon et avec qui je pourrais bosser direct. C’est pas encore le cas mais ça arrivera, en attendant si vous voulez balancer des prods c’est la : maccioff75@gmail.com.

YOUR MAGAZINE : Maintenant que le premier son est en ligne, comment va se passer la suite de Macci ? Un second son est déjà enregistré ? Un clip pour “Solitaire”?

Macci : Ah bah maintenant qu’il est en ligne je vais voir un peu comment ça se passe ! Je vais pas le clipper, sinon je l’aurais déjà fait, mais pour la suite il y en aura ! J’ai plus d’un son déjà enregistré, mais j’ai envie d’envoyer le bon au bon moment. Le COVID freine pas mal de bails. J’ai pas de date à te donner mais si vous voulez voir la suite c’est sur insta que ça se passe @macci_off !


Stanley TORVIC

Directeur de la Rédaction Pop Runs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *