OGEE par jussvphotos

OGEE, de son nom Océane Guichard, est l’artiste à suivre en ce moment ! Une jeune femme peps, dynamique et active sur les réseaux comme dans ses textes. Nous sommes donc partis lui poser quelques questions sur sa carrière, sur elle, sur sa création, tout simplement.

📸 @jussvphotos

YOUR MAGAZINE : Tu as participé au télé crochet The Voice Kids en 2019, quelle place cela a eu dans ta carrière ?

OGEE : Ça a été le commencement. C’est là que je me suis dit c’est ça que je veux faire, un véritable déclic. J’avoue qu’au niveau des réseaux ça ne m’a pas beaucoup boostée car j’avais déjà mon label.  Ça m’a plus apporté au niveau mental. Ça m’a aussi permis de goûter à la scène, de me produire en face d’un public. C’était hyper excitant !

YM : Voici une trace de tes auditions à l’aveugle :

YM : Comment vis-tu cette période actuelle en tant qu’artiste ?

O : C’est cool pour l’inspiration mais on ne peut pas rencontrer les gens qui nous suivent. Il y a beaucoup de choses qu’on ne peut plus faire. Il n’y a plus de concert, de showcase, il n’y a plus rien. J’ai un gros manque de contact humain, c’est très important pour moi. On sait que ça va revenir un jour donc pour l’instant je me concentre sur composer et préparer l’avenir.

Un début de carrière prometteur 

YM : C’est vrai que le 14 février tu as sorti La Favorite, ton nouveau titre, pourquoi avoir choisi ce jour ?

O : Pendant très longtemps j’ai fêté seule la Saint-Valentin. Au début ce n’était pas très drôle mais j’ai totalement changé d’avis. La Sant-Valentin en célibataire c’est très bien aussi. Maintenant, je suis dans un mood où je me dis que je n’ai besoin de personne pour avancer et que j’avance très bien toute seule. C’est le message que je voulais faire passer. 

YM : Et qu’est ce qui t’as inspiré ce clip ? 

O : J’avais des idées complètement différentes à la base mais je voulais quelque chose qui représente la femme au pouvoir, très girl power. C’est pour ça qu’à un moment, je pousse carrément le mec par terre. Je sui très dans un esprit de vengeance, très femme fatale, c’est ce que je souhaitais donner comme image.

YM : Pourquoi un esprit de vengeance? 

O : La chanson est inspirée de mes anciennes relations, surtout celles de cette année qui ont été très tumultueuses et très compliquées pour le moral. Il y a une sorte de vengeance à l’écran. Le fait que le son ait bien fonctionné, forcément, c’est une petite victoire pour moi. 

YM : Qu’est ce que ça t’as apporté en tant que femme ? 

O : J’ai souvent eu l’image de « on a besoin d’un garçon dans la vie », c’est important d’être en couple, d’avoir une relation stable… Ça m’a surtout appris que je m’en sortais très bien toute seule, que j’étais complètement indépendante. 

YM : Toi tu te situes où et quelle place as-tu envie de te donner dans ce milieu d’artistes ? 

O : J’ai pas envie d’être la grande féministe qui ne parle que de ça. Je veux faire passer mes messages d’une façon délicate mais je veux surtout donner confiance aux plus jeunes. Je sais que j’ai un rôle d’exemple avec les réseaux. J’arrive à faire des millions de vues tous les jours donc je sais que ma voix porte aujourd’hui, même si ça m’est un peu tombé dessus. Je dois donc faire très attention à ce que je dis, ce que je fais et délivrer le bon message.  

YM : Justement, quelle place prends-tu sur les réseaux ?

O : Je pense que j’ai une grande place. Si je ne dis pas de bêtises, je fais partie des influenceurs français les plus influents. Je sais que c’est dur de s’estimer mais j’ai une grande communauté qui me suit.

YM : On y voit beaucoup de photo de mode , est ce que c’est une seconde passion ?

O : C’est une passion qui n’en était pas une de base. Je pense que j’ai été très longtemps bloquée, j’ai subi le harcèlement scolaire, je n’assumais pas mon style. Aujourd’hui, je me permets beaucoup plus de chose, je me soucis beaucoup moins de l’avis des gens. Les réseaux m’ont permis de m’accepter, assumer qui je suis, qui j’ai envi d’être et surtout donner cette image aux plus jeunes. C’est exactement ce que je veux communiquer. 

YM : Mais tu restes tout de même, d’abord, ancrée dans la musique ?

O : Oui beaucoup plus que la mode. Ça a toujours été le plan A mais les réseaux sont arrivés d’un coup et ça me permet de booster ma musique. Les deux sont totalement compatibles. 

OGEE : de futurs projets

YM : Et tu as envie de quoi dans ta carrière ?

O : J’ai envie de sortir plus de choses, d’avoir une belle bibliothèque de chansons derrière moi, de dire que je suis une artiste complète. Je veux avancer, avoir assez de chansons pour faire des concerts, de faire de la musique tout simplement.

YM : Ça serait quoi être une artiste complète pour toi ? 

Je dirai que je suis une artiste complète quand j’aurai sorti un album. Aujourd’hui, je n’ai que trois chansons à mon actif, ce n’est que le début. 

YM : On peut donc attendre un EP ou un album prochainement ? 

O : Oui sûrement un EP dans l’année et puis pour l’album il faudra attendre un peu.

YM : Il porterait sur quoi ? 

O : Pour le moment je ne sais pas encore. J’ai envie que ma direction artistique se dirige vers quelque chose sur la femme indépendante. Je ne sais pas vraiment de quoi j’ai envie de parler. Surement d’amour parce que c’est dont je parle le plus dans mes chansons. Il y a plein de façons d’en parler donc il y aurait pleins de choses à faire.

YM : L’amour, c’est ce qui te touche le plus ?

O : Je pense que oui. Je n’ai que 17 ans et je n’ai pas vécu un million de choses. J’ai encore des moments à vivre mais ce qui m’inspire le plus, pour l’instant, ce sont mes peines d’amour. Après, en termes de composition, j’aimerai vraiment choquer plusieurs univers entre eux.

YM : Quels univers ?

O : Je ne sais pas, par exemple j’ai entendu que Vianney avait écrit une chanson pour Céline Dion. C’est délirant parce qu’on ne s’y attend pas du tout et c’est des trucs comme ça qu’il faut. J’ai envie de travailler avec des artistes qui ne sont pas de mon univers. 

YM : Des noms en particulier ?

J’aime beaucoup les textes de DAMSO et j’adorerai travailler avec lui sur des textes ou autres. Mais sinon je n’ai pas vraiment de noms en tête.

YM : Si tu devais qualifier ton style musical en un mot ? 

J’aurai envie de dire rock. C’est vrai que je fais de la pop, variété française mais j’ai ce côté qui ressort de plus en plus et j’ai envie de l’assumer. 

J’aime beaucoup écrire donc c’est important que les textes me représentent bien. 

YM : Tes inspirations en général, c’est quoi / qui ?

Quand j’étais plus jeune, c’était l’opéra. Maintenant, ça serait Beyoncé, Whitney Houston, Céline Dion… Et plus récemment je me suis intéressée à la Neo Soul avec Summer Walker ou Daniel Caesar. C’est très compliqué de ramener ce style musical en France mais j’aimerai le faire passer dans mes musiques. 

YM : Si tu avais un message à exprimer aujourd’hui, quel serait-il ?

O : Beaucoup de changements arrivent dans ma vie. Il y aura une énorme évolution cette année, je crois beaucoup en moi et en mes projets en ce moment. Je suis très contente de ma réussite en une année. J’avoue que je suis très fière de moi et c’est rare que j’assume mes projets. Je suis en train de réaliser mes rêves, de tout donner. C’est justement là qu’il faut se dire « je crois en moi ». C’est le début de tout je pense. 

YM : Comment verrais-tu tes futurs concerts ?

O : Avec du feu ! Du feu partout, des lumières dans tous les sens. Un truc explosif. J’adore faire le show, à la Beyoncé !

YM : Juste pour le fun : si t’étais… un instrument ? 

O : Je serai le piano parce que c’est ça qui m’a initiée à la musique.

YM : …un vêtement ? 

Un crop top parce que je me fais tout le temps bâcher sur ça sur TikTok. En toute saison, je suis réputée pour ne pas avoir froid, jamais. 


YM : …un animal ? 

O : Un bulldog français, très précis mais je les aime beaucoup.

YM : …un plat ? 

O : Des sushis, pratiques et il n’y a rien à faire.

YM : … et un ustensile de cuisine ? 

O : Un fouet pour remettre en place mes exs (rires)

YM : Un dernier mot à partager à ton public ?

O : Prenez soin de vous et protégez vous bien durant cette période de COVID. J’ai trop hâte qu’on puisse se rencontrer après que tout ça soit terminé !

Merci OGEE d’avoir répondu à toutes nos questions !


Margaux Mouy

Rédactrice en chef des rubriques MUSIQUE, SOCIETE et LECTURE chez YOUR MAGAZINE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *