photo des deux personnages principaux du film Queen & Slim

Queen & Slim, réalisé par Melina Matsoukas, est sorti sur les écrans français en février 2020 en passant bien trop inaperçu. Le film est né de la rencontre entre James Frey, auteur du livre dont le film est inspiré et de Lena Waithe, scénariste du film. L’histoire mélange intime et politique, racontant le trajet de deux jeunes afro-américains partis en cavale après qu’ils aient tué un agent de police, pour se défendre de ses menaces racistes. Les deux personnages, interprétés par Daniel Kaluuya et Jodie Turner-Smith, sortaient de leur premier rendez-vous, qui ne s’est pas avéré très concluant, lorsqu’ils se retrouvent contraints de lier leur destin et de fuir ensemble.

La structure est celle d’un road movie de couple criminel, avec la particularité que le couple se connaît à peine, voire ne s’apprécie pas. Cependant, la route entraîne des transformations importantes, puisqu’au fur et à mesure des épreuves, leurs liens se renforcent et leurs sentiments grandissent. Ces transformations sont également visibles par leurs changements permanents de voiture ou d’apparence, dans le but de passer inaperçus puisqu’ils sont activement recherchés.

Par ailleurs, alors qu’ils cherchent seulement à survivre, ils deviennent malgré eux de forts symboles politiques. Des actes révolutionnaires de plus en plus agressifs contre les violences policière envers les afro-américains éclatent dans tous le pays. Lorsque les deux personnages se réfugient chez l’oncle de Queen, celui-ci les surnomment en riant les Bonnie & Clyde noirs. Cette identité qu’on leur accole les dépasse complètement.

D’ailleurs, la question de l’identité est énormément abordée dans le film. Déjà, par les transformations dont nous parlions, mais aussi par le choix de ne pas donner de prénom aux personnages. En effet, on apprend à la fin que Queen et Slim ne sont pas leur vrai nom, mais des termes familiers utilisés entre afro-américains. D’ailleurs, aucun personnage n’est nommé dans le film. La scénariste explique que ce choix était hautement symbolique, puisqu’il appuie justement le fait que les deux personnages sont uniquement des symboles aux yeux des États-Unis et non des humains en danger. Lena Waithe confie d’ailleurs que les deux personnages incarnent les deux grands leaders afro-américains historiques.

Au début du film, Queen est Malcolm X, elle est révoltée et envisage la violence comme une solution. Slim, renvoie plutôt à Matin Luther King, plus modéré, peut être même trop détaché au début du récit. Une ultime grande transformation s’opère : les rôles s’échangent au fur et à mesure du film, doucement et subtilement.

Le film étant sorti juste avant le confinement, j’admets qu’il ne va pas être facile à voir. Mais surveillez les offres de V.O.D. voire les ressorties cinéma quand ceux-ci ouvriront à nouveau. Car ça vaut le coup !


Salomé GOHIER

Une pensée sur “Queen & Slim ou Bonnie & Clyde ?”

  1. article très bien écrit qui s’appuie sur une connaissance du film comme de son élaboration. L’analyse est fine et pertinente. Dès que possible, je cours voir ce film. Merci Salomé pour ce précieux conseil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *