© Tamino – Sun May Shine – Capture d’écran Youtube

Parmi les révélations de l’année 2018, on compte évidemment l’artiste belge Tamino. Agé de 21 ans, le jeune chanteur et compositeur flamand a, cette année, conquit le public européen, tout d’abord avec son EP Habibi sorti le 4 mai 2018, puis son premier album Amir, sorti le 19 octobre 2018.

Celui que certains comparent à Jeff Buckley ou Leonard Cohen nous propose dans ce premier album des titres oscillant entre soft rock et folk rock, non sans y ajouter de douces sonorités orientales. En effet, l’artiste, d’origine égyptienne, a toujours vécu entouré de musique, notamment par le biais de son grand-père Muharram Fouad qui était une star en Égypte. Il était donc évident et naturel pour le jeune chanteur d’incorporer à son travail cette culture dont il s’est nourri durant son enfance. On retrouve ces influences orientales dans des morceaux comme Sun May Shine ou So It Goes, ou même dans le clip de Tummy où le chanteur flamand est grimé en pharaon.

Alors que le personnage éponyme de la pièce de l’opéra de Mozart de ne sépare de sa flute enchanté, Tamino lui ne quitte sa guitare. Ayant tout d’abord reçu une formation classique, l’artiste s’est finalement tourné vers la guitare, en jouant dorénavant à tous ses concerts. Et des concerts, il en a fait dans toute l’Europe cette année. Que ce soit en Angleterre, en Belgique ou bien en France, Tamino a su conquérir le cœur du public, l’émouvant à chaque passage grâce à sa puissante voix et de son timbre mélancolique.

L’artiste a de nombreuses fois fait part de son étonnement quand à l’émotion que ses chansons et sa voix provoquent. En effet, un morceau comme Habibi par exemple est l’un des plus forts de l’album. Tamino joue avec les octaves, passant des aigus aux graves, provoquant alors une forte émotion chez l’auditeur. Sa musique est fragile et forte à la fois et a le pouvoir de nous apaiser, de nous rassurer.

Alors si vous n’avait toujours pas écouter ce que fait Tamino, je vous invite fortement à le faire (ici) .

De plus, l’artiste belge sera de retour en France en Mars 2019 à l’occasion de 5 dates à Lyon (le 4/03), à Paris (le 6/03), à Bordeaux (le 7/03), à Nantes (le 8/03), à Lille (le 9/03) ou encore, le 5 juillet au Festival Beauregard à Hérouville Saint-Clair (Calvados).

article mis à jour le 3 mars à 13h49


Margaux THERON DESNOS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *