En me baladant sur internet, je suis tombée sur la bande annonce d’un film qui m’a fasciné dès les premières secondes.

Une fois l’extrait terminé, je découvre que ce film est tiré d’un livre.

Curieuse, je me rends sur quelques sites, pour lire le résumé :

« Je ferme les yeux et je suis de nouveau en Italie, il y a tant d’années ; je marche vers l’allée bordée de pins, je le regarde descendre du taxi : ample chemise bleue, col ouvert sur la poitrine, chapeau de paille, toute cette peau nue… Soudain il me serre la main et me demande si mon père est là.
1983. Pour Elio, c’est l’été de ses 17 ans. Ses parents hébergent Oliver, un jeune universitaire, dans leur villa en Italie. Entre les longs repas, les baignades et les après-midi sous la chaleur écrasante, commence une partie de cache-cache avec cet Américain brillant et séduisant. Un temps fait d’attente, d’espoirs, de doutes et de rejet. Avant que tous deux cèdent à ce sentiment plus grand qu’eux. »

Ni une ni deux, je commande le livre et guette son arrivé avec impatience.

Une semaine plus tard, « Call Me By Your Name » est entre mes mains.

Je le commence le soir même et ne relève la tête qu’une fois la dernière ligne avalée.

Je reste émerveillée, bouche baie, par la poésie de ce roman.

Les mots sont doux, délicats et sucrés.

J’ai retrouvé dans ce roman la naïveté d’un premier amour, mais également la sagesse des mots d’une personne ayant vécu toutes les merveilles du monde.

Ce livre ne se contente pas de relater une simple histoire d’amour, il évoque la naissance des sentiments, des déceptions, des interrogations mais aussi ce que la douleur peut provoquer, un cœur en pleine ébullition d’amour.

Le personnage d’Elio Perlman m’a de suite plu. Je m’y suis directement identifiée. Quant à Oliver le bel Américain, il ne m’a évidemment pas laissée indifférente.

L’auteur m’a tellement embarqué avec ses fortes descriptions, que j’avais la réelle impression d’être avec les personnages pendant toute ma lecture.

Petit bémol, je déconseille néanmoins ce roman à un jeune public. Il y a en effet quelques scènes intimes dans ce roman qui sont assez crues, et qui pourraient donc heurter les plus frêles.

Mais pour les autres, je suis persuadée que ce livre à largement sa place dans votre bibliothèque.

Quant au film, je trouve qu’il a déformé, voire abandonné, la poésie présente dans le livre. Il est donc plus intéressant de lire le roman, plutôt que de visionner l’adaptation sur grand écran.

La suite, nommée « Find Me » sortira en automne 2019 en version papier.

J’attends avec une grande impatience cette sortie pour retrouver les doux amants.

 


Inès THERON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *